Suite de l'article en première page ...

Près de 4 accidents sur 10 ont conduit à une durée d'incapacité temporaire supérieure à 20 jours. La gravité des accidents est supérieure de 30% à la moyenne nationale. Michel Héry (voir également l'entretien page 9), qui a coordonné l'avis d'experts pour l'INRS, avance pour sa part les chiffres d'une étude réalisée en 2000 dans deux chantiers navals en Bretagne. Sur un même chantier, le taux de fréquence des AT était 5 fois plus élevé pour les entreprises extérieures que pour les utilisatrices et leur taux de gravité était plus de 2 fois supérieur. Les intérimaires, embauchés le plus souvent par les entreprises sous-traitantes, étaient encore plus exposés, avec un taux de fréquence 12 fois supérieur à celui des salariés permanents et un taux de gravité 6,5 fois plus important.

Ajoutée le 22 mars 2012

Dans cette vidéo, un reportage de TF1 explique que 80 % de la maintenance des centrales nucléaires françaises est assurée par des sous-traitants (22 000 personnes), des travailleurs qui prennent des risques importants pour leur santé. Dans une seconde partie, Daniel, expose le problème de santé dont il a été victime suite à son travail dans des centrales, problème non reconnu par EDF comme une maladie

 

Sources :

https://www.youtube.com/watch?v=HCZL7YNlc6o
http://www.sante-et-travail.fr/alerte-aux-risques-dans-la-sous-traitance_fr_art_791_39457.html

 

 


Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.